Afin de faciliter votre navigation et vous proposer des offres adaptées, notre site utilise des cookies. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre page sur le respect de la vie privée. Fermer

Nous suivre

1/ Pourquoi acheter une résidence au Maroc ?

Douceur de vivre et dépaysement à quelques heures de Paris seulement, le Maroc présente de solides attraits. Pays francophone, coût de la vie nettement inférieur, possibilité de disposer de personnel de maison, richesse culturelle, prix de l’immobilier attractif, climat ensoleillé toute l’année, telles sont les raisons pour lesquelles de nombreux européens choisissent chaque année de s’installer au Maroc...
Acheter une résidence au Maroc peut-être aussi un moyen de répondre à des attentes économiques, telles qu’un investissement locatif ou la diversification de son patrimoine. En effet, les investisseurs à la recherche de placements rentables trouveront au Maroc des prix immobiliers attractifs, et une demande locative importante.
Enfin, on trouvera au Maroc, un marché immobilier en pleine expansion, une offre de logements diversifiée et des prix de vente inférieurs de 50% aux prix pratiqués dans les pays européens.


2/ Où installer sa résidence au Maroc ?

De nombreuses possibilités existent, du riad traditionnel au cœur de la médina de Marrakech à la villa luxueuse sur la côte d’Agadir en passant par l’appartement de standing au centre ville de Casablanca.

  • Marrakech, la perle du sud

    Marrakech, capitale touristique du sud du Maroc, surnommée « la perle du sud » ou encore « la ville rouge », est la 1ère destination du Maroc. Palmeraie et remparts sur fonds d’Atlas enneigé, souks animés au cœur de la Médina, monuments de stuc, céramique et pisé, Marrakech offre dépaysement et divertissement dans un climat chaleureux et animé. Ces attraits ont fait de Marrakech une véritable marque de fabrique de renommée internationale, et la ville au développement immobilier sans pareil. D’après le SMAP, le montant des investissements autorisé uniquement dans secteur du tourisme a atteint plus de 29 milliards de DH (2,65 milliards d’euros) en 2006.

  • Casablanca, capitale économique

    Capitale économique du Maroc, cité portuaire située sur l’océan Atlantique, Casablanca se développe à un rythme effréné. Les projets immobiliers foisonnent et font de Casablanca une ville en plein chantier.

  • Essaouira

    Anciennement appelée Mogador, Essaouira est une petite ville portuaire du Sud du Maroc sur la côte Atlantique.
    De nombreux artistes y ont séjourné et ont fait d’Essaouira un lieu d’inspiration et de créativité.

  • Agadir

    5ème ville du pays (après Casablanca, Rabat, Fès et Marrakech), Agadir a connu ces dernières années un afflux massif de nouveaux résidents, pour l’essentiel européens. En quête de douceur de vivre, d’exotisme sous le soleil, pour beaucoup retraités, ces nouveaux arrivants trouveront à Agadir une cité moderne et un marché immobilier dynamique. 52 programmes touristique et résidentiels ont été validés dans la région d’Agadir en 2006 (source SMPA Immo : le salon de l’immobilier marocain).

  • Tanger

    A seulement 15km des côtes espagnoles, face au détroit de Gibraltar, à la pointe Ouest du Rif, Tanger est la 4ème ville du Royaume du Maroc. Tanger, c’est aussi une station balnéaire importante avec une plage étendue sur 7 kms, des infrastructures touristiques nombreuses, et sa médina (vieille ville). Un projet colossal de construction d’un tunnel sous la Méditerranée qui relierait Tanger à l’Espagne est en phase d’étude de faisabilité.

  • Fès

    Chef-lieu de la région de Fès-Boulmane, Fès est la 3ème plus grande ville du Maroc avec une population de 1 300 000 habitants. C’est l’une des 4 « villes impériales » avec Marrakech, Meknès, Rabat. Sa médina (vieille ville), la plus grande du monde est placée sous la protection de l’Unesco. Capitale culturelle et spirituelle du Maroc, Fès est une ville millénaire. En la jalonnant, on peut facilement se laisser emporter à travers son histoire, grâce à ses nombreuses mosquées, jardins historiques, murailles et remparts.

  • Rabat

    La capitale, située au nord du pays, sur la côte Atlantique à l’embouchure du Bou Regreg, compte environ 700.000 habitants (1,8 million si l’on compte l’ensemble des deux villes jumelles Rabat et Salé). Ville commerciale et industrielle (textiles, denrées alimentaires), c’est avant tout le centre politique et administratif du pays.


3/ Les étapes de l’achat immobilier au Maroc

L’acquisition d’un bien immobilier bâti ou non bâti est ouverte à tout étranger qu’il soit personne physique ou morale à l’exception des terrains à vocation agricole. L'Office des Changes doit être prévenu de la transaction par le notaire, pour pouvoir bénéficier, en cas de revente, du rapatriement des fonds.

  • Le Choix de votre résidence au Maroc

    Vous avez sélectionné une ou plusieurs localités, nous vous conseillons pour réaliser un investissement sûr au Maroc de faire appel des professionnels connus, agents immobiliers ou promoteurs qui ont une bonne expérience de l’environnement local.

  • Les conditions de vente

    Une fois, le bien trouvé, il restera à déterminer les conditions de vente qui seront fixées chez le notaire lors du compromis de vente. A noter que certaines conditions suspensives ne sont pas obligatoires au Maroc comme l’obtention d’un financement et peuvent être rajoutées au contrat.

  • Signer le contrat auprès d’un Notaire

    Cette démarche vous garantit le bon déroulement des procédures contractuelles et juridiques liées à l’achat de votre bien immobilier au Maroc et vous permet d’établir un titre foncier définitif.

  • Acquitter les impôts et taxes dûs

    L’acquisition d’un bien immobilier entraîne l’obligation d’acquitter un certain nombre d’impôts et taxes. Généralement, le type d’impôts à payer est fonction de la nature du bien immobilier (les pourcentages s’appliquent à la valeur du bien acquis, TVA comprise).

    • Droits d’enregistrement : 2,5%
    • Taxe notariale : 0,5%
    • Frais de conservation foncière : 1% + 150 dirhams
    • Mise à jour si nécessaire des constructions à la Conservation Foncière : 0,5% + 75 dirhams
    • Honoraires du Notaire : 1% avec un minimum de 2500 dirhams + TVA à 7%
    • Frais divers (administratifs…) : 1500 à 3000 dirhams selon le dossier

4/ Financement immobilier au Maroc

Pour financer l’achat de votre bien immobilier au Maroc, plusieurs possibilités s’offrent à vous : demander un crédit dans votre pays d’origine, revendre un bien existant ou encore obtenir un crédit au Maroc.
Les banques marocaines ont depuis peu la possibilité de proposer des crédits aux personnes non-marocaines et non résidentes qui souhaitent acheter une résidence au Maroc ou réaliser un placement immobilier.
Même si les taux pratiqués par les banques marocaines restent plus élevés que ceux des banques européennes, les conditions d’emprunt peuvent être très attractives.
Les banques marocaines peuvent financer jusqu’à 70% du bien immobilier pour les non-résidents et 100% pour les personnes de nationalité marocaines. Quelque soit le mode de financement, il est conseillé avant l’acquisition du bien, d’ouvrir un compte bancaire au Maroc, en dirhams convertibles en devises. Ce compte facilitera le transfert du montant nécessaire à l’achat du bien, ainsi que le rapatriement de la plus-value en cas de revente.


5/ Maroc, une fiscalité attractive

Le Maroc offre aux non-résidents français une fiscalité attractive notamment grâce à une convention fiscale de non double imposition signé avec la France en 1970 et modifiée en 1989. D’autres conventions fiscales visant à éliminer les doubles impositions existent entre le Maroc et d’autres pays comme la Belgique. C’est le principe de résidence fiscale qui déterminera quelle législation s’applique en matière d’imposition. Pour être considéré comme résident et donc imposable au Maroc, il faut remplir les critères suivants :

  • Avoir un logement au Maroc
  • Avoir des intérêts économiques au Maroc
  • Séjourner au Maroc de façon continue ou discontinue pendant une période supérieure à 183 jours par an

De nombreux avantages fiscaux concernent les constructions neuves au Maroc:

  • Exonération de la Taxe urbaine pendant 5 ans pour les biens neufs
  • Exonération des revenus locatifs de l’impôt sur le revenu (IGR) pendant les 3 années suivant l’achèvement des travaux pour les constructions neuves.

6/ Retraite au Maroc : le bon choix

De nombreux retraités choisissent chaque année de traverser la Méditerranée pour prendre leur retraite au Maroc et de profiter des atouts multiples du Maroc :

  • Proximité géographique, à 3 heures par avion de Paris
  • Climat ensoleillé
  • Pays de langue française
  • Fiscalité Très avantageuse pour les retraités étrangers
  • Prix de l’immobilier accessible par rapport aux prix pratiqués en Europe
  • Coût de la vie moins cher
  • Possibilité de disposer de personnel de maison
  • Richesse de la culture, diversité des activités

Des mesures en faveur des retraités

Les personnes retraités, résidentes fiscales au Maroc peuvent obtenir jusqu’à 80% d’abattement d’impôt sur le revenu, à condition de faire transférer leur pension sur un compte en dirham au Maroc.

  • Réduction d'impôt au titre des retraités de source étrangère.
    Règle pour tous les retraités au Maroc : abattement forfaitaire de 40% sur leurs revenus.

  • Un impôt ramené à 5% suite à un abattement si vous domiciliez votre retraite au Maroc :
    Les personnes bénéficiant d'une pension de retraite de source étrangère bénéficient de la réduction de 80% du montant de l'impôt dû au titre de la pension de retraite à condition de transférer à titre définitif cette pension sur un compte en dirhams non convertibles au Maroc en sachant qu’il est possible de transférer uniquement la partie nécessaire au train de vie sur place.

  • Exemple :
    Pour une retraite de 20 000 euros soit environ 220 000 dirhams (variable selon le cours du change) l’imposition sera égale à 11 000.00 Dhs soit 5% du revenu annuel brut.
    Calculez vous-même votre imposition après avoir effectué un abattement de 80% sur votre déclaration et multipliez par le taux d’imposition ci-dessous selon la tranche dans laquelle vous vous trouvez :
    La tranche du revenu imposable allant jusqu’à 24 000 Dhs est exonérée

    • 15% pour la tranche du revenu allant de 24 001 à 30 000 Dhs
    • 25% pour la tranche du revenu allant de 30 001 à 45 000 Dhs
    • 35% pour la tranche du revenu allant de 45 001 à 60 000 Dhs
    • 40% pour la tranche du revenu allant de 60 001 à 120 000 Dhs
    • 42% pour le surplus
source : Code des Impôts 2007

Les retraités français préfèrent le Maroc

Le Maroc est le nouvel Eldorado pour les retraités français qui bénéficient d'une pension confortable. Environ 4000 retraités ont déjà traversé la Méditerranée pour s'installer principalement à Marrakech, Agadir et Essaouira où ils coulent de vieux jours paisiblement sous le soleil.

Au quartier Guéliz ou l’Hermitage de Marrakech, il n’est pas rare d’apercevoir ces retraités faisant leur marché le matin ou attablés à la terrasse d’un café. L’œil bleu perçant derrière de fines lunettes, casquette sur les cheveux blancs…Ils font désormais partie du décor. Arnaud Lefèvre, 68 ans et sa femme Ariane, 62 ans, ont choisi le soleil et le dépaysement de Marrakech. « Nous avons vendu notre propriété dans la région de Bordeaux pour acheter un Ryad à Marrakech. C’est une ville authentique où il fait bon vivre », affirme le couple.

Depuis deux ans surtout, les projets immobiliers de retraite au Maroc connaissent un essor considérable. De plus en plus de seniors français s’y font construire des petits palais de rêve. De par son climat très agréable, une vie beaucoup moins chère qu’en France, les retraités français vivent une retraite tranquille au Maroc. Pour environ 2 millions de DH l’hectare, certains ont même fait construire un Riad ou une villa avec piscine.

A 69 ans, Bertrand Peloton est propriétaire d’une sublime villa au quartier Souissi, à Agadir. De nationalité française, père de deux enfants aujourd’hui mariés, cet ancien ingénieur civil compte finir ses jours à Agadir où il s’est installé depuis deux ans. « Je n’ai pas hésité à prendre ma retraite au Maroc car si j’étais resté en France, j’aurai été financièrement obligé de continuer de travailler jusqu’à 70 ans », explique-t-il.
Le Maroc offre pour ces retraités de nombreux avantages fiscaux : tous les retraités bénéficient d’un abattement de 40% (réduction sur l’impôt). En plus, les retraités dont la pension est d’origine étrangère ont droit, sur leur impôt, à un abattement supplémentaire de 80%.

Pour les retraités français, c’est un bon moyen d’échapper au fisc. « Le fait qu’une vague de seniors débarquent au Maroc est sans aucun doute en rapport avec les mesures d’ordre fiscal très avantageuses pour ceux qui souhaiteraient transférer leur retraite au Maroc et y devenir résidents. Bon nombre de nos visiteurs sont fatigués d’avoir été ponctionnés pendant des décennies selon leurs propres termes », affirme Laurent Paul Alteresco, gérant de Ramses Consulting, à Rabat, qui s’occupe justement d’accompagner et de conseiller ces nouveaux migrants dans leur projet d’installation au Maroc. Par rapport au niveau de vie locale, les retraités français sont aisés au point d’avoir les moyens d’embaucher du personnel de maison, payé au salaire minimum de 2.000 Dh par mois.

Le consulat de France à Marrakech estime le nombre de retraités français, officiellement inscrits, à 350 personnes sans compter ceux qui font des séjours réguliers d’environ 3 mois. Si la destination de Marrakech est la plus médiatisée, les autres villes ne sont pas moins attrayantes pour ces retraités.
« L’engouement des seniors français pour le Maroc n’est pas réduit à une seule ville, mais à l’ensemble du Royaume. En matière de séjours longs, la demande est beaucoup plus élargie, notamment sur l’axe Rabat-Mohammedia-El Jadida, sans oublier Essaouira, c’est-à-dire le littoral atlantique, ainsi que sur le Nord, à savoir le littoral méditerranéen », explique Laurent Paul Alteresco. « Notre constatation est que les seniors privilégient l’équation santé, climat, culture, pour le choix de leur résidence », poursuit M. Alteresco.

Les retraités français installés au Maroc viennent surtout de la région parisienne, suivie de l’Est (Strasbourg) et du Nord (Lille), sans oublier la région lyonnaise. Mais il y a aussi ceux qui viennent du Sud-ouest (Bordeaux-Toulouse). « Plus on monte vers le nord de la France, et de l’Europe d’ailleurs, car nous avons une importante clientèle anglo-saxonne, plus on a de candidatures à l’installation au soleil », souligne M. Alteresco.
Les retraités français ont bien raison d’avoir franchi le détroit de Gibraltar pour s’installer au Maroc : l’air y est plus doux et la vie moins coûteuse. Marianne, une veuve française loue un quatre pièces de 120 mètres carrés, situé en plein centre de Rabat, à 4000 DH. En banlieue parisienne pour un appartement plus petit, il faut payer beaucoup plus cher.
Alors plutôt que de s’installer en Province pour y passer leurs vieux jours, de plus en plus de retraités français optent, pour le même prix, pour vivre comme des princes au soleil.

Source : Chifaâ Nassir - Maroc hebdo International

7/ Réaliser un investissement locatif au Maroc

Investir dans l’immobilier au Maroc peut s’avérer être un choix très judicieux lorsque l’on observe les bons résultats du secteur touristique au Maroc. Le nombre de visiteurs augmente chaque année et les projets de développement axés autour du tourisme sont en plein essor.
De nombreuses stations balnéaires au Maroc offre des valeurs locatives très intéressantes et garantissent à l’investisseur de trouver un locataire.

Immobilier neuf
au Maroc

Les infos de l'immobilier neuf

Immobilier neuf